Portraits

Portrait de Mario Fetz | Secrétaire Général - Fondation Apprentis d’Auteuil International (FAAI)

Découvrez le portrait membre du mois de juin 2024 consacré à Mario Fetz - Secrétaire Général de la Fondation Apprentis d’Auteuil International (FAAI).

Actif dans l’humanitaire pendant 15 ans, sur le terrain, pour le compte du CICR, dans la plupart des pays en proie aux conflits armés ou à la guerre civile, Mario Fetz a su mettre son expertise et son engagement au profit d’autres causes, telles que l’environnement, le médical, la formation et l’intégration sociale, pour être aujourd’hui secrétaire général de la Fondation Apprentis d’Auteuil International, qui agit entre autres à former des jeunes en situation de décrochage scolaire, au sein du restaurant d’insertion professionnelle, le Birdhouse, à Genève.

  • De quoi rêviez-vous quand vous étiez enfant ?

Je n’ai jamais formulé de plan de carrière mais je savais, sans que cela soit conscient, que le monde de mon enfance était trop étroit et qu’il me fallait m’ouvrir au Monde, avec un grand M ! Je n’ai pas peur du changement, ni d’apprendre, bien au contraire. J’aurais peut-être pu embrasser une carrière de diplomate mais ce qui n’était alors qu’un job d’été, c'est-à-dire être guide touristique, m’a permis de visiter toute l’Europe, y compris les pays de l‘Est sous régime communiste. A 23 ans seulement, j’étais guide et formateur de guides, et par la suite j’ai pu parcourir les USA d’Est en Ouest et visiter 32 des 50 états pour … intégrer le CICR !

  • Comment en êtes-vous arrivé à être celui que vous êtes aujourd’hui ?

Rien n’était planifié, néanmoins mon parcours professionnel est très cohérent. ll est orienté vers l’autre, ce qui m’a permis de fréquenter des terrains de jeux différents (l’humanitaire, l’environnement, le médical, la formation et l’intégration sociale), en ayant toujours un dénominateur commun : l’être humain et le vivant.

  • La Fondation Apprentis d’Auteuil International (FAAI) en quelques mots ?

Secrétaire général de la FAAI depuis 2017, j’ai participé activement au développement de la Fondation en apportant mon « know-how », en ouvrant mon réseau ainsi qu’en conduisant la stratégie que j’avais préparée lors de ma prise de fonction.

Les engagements de la Fondation sont d’une part la protection et la défense des droits de l’enfant, à travers des plaidoyers auprès de l’ONU et l’action sur le terrain, l’éducation et l’insertion de la jeunesse en difficulté d’autre part ; la recherche de fonds pour conduire des projets internationaux en faveur des enfants des rues et des jeunes en décrochage scolaire et enfin, l’accompagnement des familles en situation de vulnérabilité.

  • Quel manager êtes-vous ?

Mon management est inclusif, je sais m’entourer de collaborateurs et de collaboratrices dont les compétences sont complémentaires aux miennes mais qui partagent les mêmes valeurs.

  • Certaines de vos plus grandes réussites ? De vos « regrets » ?

Je n’ai pas de regrets. Si je devais reprendre mon parcours à 21 ans, lorsque j’étais étudiant, je ne changerais pas une virgule, je referai tout à 200%, sans temps mort !

Avec l’équipe, nous sommes ravis qu’après sept années d’exercice nous soyons 35 avec le restaurant d’insertion pour jeunes en décrochage scolaire, le Birdhouse à Blandonnet, alors que nous n’étions que deux quand j’ai pris mes fonctions en 2017.

Le Birdhouse accueille 15 apprenti.e.s par année, encadré.e.s par des formateurs et un coach-éducateur, pour suivre une formation duale diplômante en métiers de la restauration. Notre modèle répond non seulement aux besoins de l’économie genevoise en répondant à une réelle pénurie en professionnels qualifiés du secteur de la restauration, en réinsérant ces jeunes dans leurs parcours personnel, professionnel et citoyen, mais il prouve aussi sa viabilité économique grâce à un partenariat public-privé, qui rééquilibre l’effort demandé aux premiers mécènes, qui ont cru en notre projet.

  • Quels sont vos projets professionnels ? Quels sont vos projets personnels ?

J’ai la fierté de passer le flambeau à Mme Bénédicte Pansier, actuelle directrice de la Fondation Mérieux, qui reprendra mes fonctions de secrétaire général à compter de juillet 2024 et ce, avec le sentiment du devoir accompli ! J’espère que le Birdhouse, véritable flagship de la Fondation, verra d’autres centres formateurs à son image, pour former d’autres jeunes en décrochage scolaire et leur donner la possibilité de se créer un avenir.

Je vais consacrer plus de temps à ma famille, à un projet personnel qui me tient à cœur et bien-sûr, continuer à être actif en tant que membre du Conseil de la Fondation Hirondelle, Media for Peace, à Lausanne.


Carte d’identité :

  • Votre année et lieu de naissance : 1954 - Grisons (Suisse) ; je parle les quatre langues officielles helvétiques, y compris le romanche !
  • Vos passions : le ski, la randonnée mais surtout le travail d’équipe, dans ce qu’il crée en interactions et en intelligence collective.
  • Une des causes pour laquelle vous vous engagez : l’humanitaire. En tant que délégué pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ma mission sur le terrain devait durer deux ans et j’ai été actif 15 ans ! En tant qu’organisation impartiale, neutre et indépendante, le CICR protège la vie et la dignité des victimes de conflits armés et d'autres situations de violence, et leur porte assistance. J’ai été amené à agir au Moyen Orient, en Somalie, en Centre Afrique ou en Amérique Centrale, notamment pendant la guérilla au Salvador … J’ai toujours œuvré pour instaurer et développer des partenariats entre les organisations humanitaires ou les ONG (Programme Alimentaire Mondial, WWF) et le secteur privé, de manière très pragmatique. Dans le domaine médical, nous avons aussi pu fédérer quatre fédérations d'ONG internationales représentant les quatre principales Maladies Non Transmissibles (MNT) : maladies cardiovasculaires, diabète, cancer et maladies respiratoires chroniques, et réaliser une campagne de communication pour sensibiliser les fondations, les acteurs de la santé et le grand public sur les dégâts de ces maladies peu médiatisées car non transmissibles.
  • Une application dont vous ne pouvez pas vous passer : LinkedIn qui me permet de rester connecté avec l’écosystème suisse mais aussi à l’international, notamment avec mes ex-collègues du CICR.
  • Ce qui vous qualifie : mon ouverture d’esprit, mon esprit d’initiative, ma capacité à prendre des « risques semi-calculés », mon dynamisme, mon esprit de famille et ma loyauté / fidélité en amitié.

Portrait rédigé par Marie-Anne Fourot { HY-PHEN } - www.hy-phen.ch - contact@hy-phen.ch