Portraits

Portrait de Christophe Wagnière | Directeur de l'Ecole 42 Lausanne

Découvrez le portrait du mois d'avril consacré à Christophe Wagnière, directeur du campus de l’École 42 Lausanne.

Tirant parti de son double profil académique et économique, réformateur dans l’âme et dans les actes, militant par l’exemple pour la parité hommes-femmes, Christophe Wagnière est directeur du campus de l’École 42 Lausanne, école ouverte à tous et à toutes, qui formera gratuitement aux métiers du numérique, dès octobre 2021.

  • Be : votre parcours jusqu’à votre fonction aujourd’hui

Si Christophe Wagnière préfère aux ruptures le nécessaire processus de transformation, fil rouge de son parcours professionnel, il fait du risque son moteur et de la culture du risque, son modus operandi. « Vivre et apprendre avec passion, grandir de ses échecs et transmettre avec envie » pourraient être certains de ses mantras à la manière d’un maître jedi à l’adresse de ses padawans.

Sa carrière de sportif d’élite en volley-ball s’arrête net, interrompue par un accident de la route. Entrepreneur à 24 ans, à la tête d’une start-up du web, il fait faillite en raison de l’implosion de la bulle internet. Si le choix d’une relative sécurité le conduit à « se ranger » du côté de l’informatique bancaire pendant 13 ans, il n’en demeure pas moins qu’il sera amené à évoluer au sein de trois PMEs et grand groupe, à occuper sept postes différents, de responsable du développement e-banking à la direction d’une équipe de septante développeurs … jusqu’au burn-out.

Opérant un premier virage en remontant à la source des compétences professionnelles - la formation - il devient directeur des systèmes d’information des 28 écoles du réseau HES-SO pour être aujourd’hui, comme une évidence, directeur du campus de l’École 42 Lausanne, école qui formera aux métiers du numérique, dès octobre 2021.

Du mode start-up aux organisations structurées, Christophe Wagnière peut aujourd’hui pratiquer un management libéré, qui guide et accompagne, et qui prône le droit à l’erreur comme facteur de progression.

  • Inspire : ceux et celles qui vous ont inspiré ; ce qui vous passionne

Nul mentor ou maître à penser ne s’impose à Christophe Wagnière mais des leaders dans leur volonté et leur faculté à changer le monde, que ce soit celui des technologies pour Steve Jobs ou l’histoire pour Barack Obama. Savoir que cet idéal est possible lui fait l’effet d’un « reboosteur » et lui donne l’énergie nécessaire à aller plus loin encore dans sa propre disposition à transformer.

Ainsi, si embrasser une carrière dans l’informatique s’est révélée être une possibilité parmi d’autres, celui de la formation s’est imposé à lui, car pour réformer il faut pouvoir agir à la base, dès l’apprentissage.

De fait, confronté au monde enseignant et frustré du cadre apprenant, Christophe Wagnière obtient non seulement son brevet fédéral d’informaticien mais plus encore, devient formateur lui-même à l’ISEIG, l’Institut Suisse d'Enseignement de l'Informatique de Gestion. Il pratique une pédagogie active par le jeu et les travaux pratiques, à l’opposé d’un cours théorique sans interactions, ni participation des élèves.

Animé par l’envie que d’« autres fassent leur job parce qu’ils l’aiment », il réussit le coup de maître de convaincre Olivier Crouzet - directeur pédagogique de 42 Network - d’ouvrir une franchise de l’École 42 en Suisse romande, à Lausanne, alors même qu’une initiative avait échoué à Neuchâtel.

Aujourd’hui, un peu plus d’un an après cette rencontre décisive et toujours en période de crise sanitaire, Christophe Wagnière peut se targuer d’avoir su rallier à lui et à ce qui - de projet est devenu réalité - une équipe jeune, pluridisciplinaire et équilibrée, et des acteurs économiques et institutionnels majeurs de Suisse romande : Infomaniak, QoQa, Swisscom, la Chambre Vaudoise de Commerce et d’Industrie, Romande Énergie …
Nul doute que d’autres répondront à l’appel …

  • Generate : votre fonction aujourd’hui, ce que vous voulez continuer ici ou ailleurs

Tirant parti de son double profil académique et économique, en tant que directeur du campus d’École 42 Lausanne, Christophe Wagnière a pour mission de rendre possible le financement nécessaire à la construction du campus, d’assurer la relation entre l’école et le monde économique et de créer les conditions cadre à l’exercice d’un management libéré, coaché par ailleurs par Alexandre Gérard*.

Gérée par une association à but non lucratif, l’École 42 Lausanne est gratuite et se veut offrir l’opportunité à tous et à toutes, de se former aux métiers du numérique, sans professeurs. Les candidats ayant réussi la première sélection des tests en ligne (déjà 350 à fin mars) seront « soumis à l’épreuve » de la piscine en 3 sessions, de juillet à septembre, par un apprentissage en mode projets et en équipe la semaine, pour se clôturer version « hackathon » le week-end. L’École 42 Lausanne formera 150 à 200 étudiants par volée, soit 500 étudiant.e.s actif.ves en parallèle quand certaines hautes écoles en forment une centaine de plus par année, tous cantons confondus.

Ayant consciemment choisi d’être managé par deux femmes à la HES-SO, prônant la diversité des profils et la mixité, Christophe Wagnière vise la parité hommes-femmes dans son équipe, afin que sa vision militantiste contribue à l‘intelligence collective.

En imposant au numérique la discrimination positive, Christophe Wagnière fait le choix d’axer la prochaine campagne de communication d’avril sur les femmes, afin qu’elles soient 30% à la rentrée 2021. Une révolution pour des cursus qui sont encore très « typés masculins » !

Bien que les entreprises du comité de soutien de l’École 42 Lausanne poursuivent des objectifs qui leur sont propres : faire face à la pénurie de compétences lié aux départs à la retraite des « papy-boomers », faire grandir de futurs spécialistes du numérique en recrutant localement, challenger leur capacité d’innovation ou dans une vision sociétale d’entreprise, leur dénominateur commun est bien de faire partie d’un véritable écosystème, qui se nourrit des échanges école-entreprises autour de projets partagés, dont l’employabilité numérique.


Carte ID « moitié-moitié » :  

  • votre année & lieu de naissance : 1976 - Lausanne
  • votre premier travail : entrepreneur
  • votre fonction aujourd’hui : directeur du campus École 42 Lausanne
  • vos passions : la bande dessinée (belge en particulier) – voyager, découvrir le monde – l’histoire et l’ésotérisme pour comprendre le sens du monde.
  • votre devise (sans s’aider de Google !) : « Fais ce que tu dois, advienne que pourra. »
  • un cadeau que vous aimeriez recevoir ? un sabre Jedi ou le château de Poudlard en Lego et ses 6’000 pièces et plus !
  • le meilleur conseil que l’on vous ait donné ? « Tais-toi. »
  • la personnalité suisse que vous adoreriez rencontrer pour un dîner ? Française ?
    • Roger Federer pour partager un brunch avec lui de manière informelle, sachant que le rêve serait qu’il vienne inaugurer l’École 42 Lausanne, comme Rafael Nadal a pu le faire pour l’École 42 à Madrid !
    • Xavier Niel, fondateur du 42 Network, que je vais rencontrer cet été lors de l’inauguration de l’École 42 Lausanne et que j’ai hâte de voir entouré de 200 étudiants survoltés !
  • la meilleure expression (suisse ou française) :
    • "Aussi vite que possible, aussi lentement que nécessaire", reprise d’une des allocutions du conseiller fédéral Alain Berset, très suisse et qui a beaucoup fait rire mes collègues français.
    • "Allons enfants de la Patrie", expression que j'ai vécu le 12 juillet 1998 à Paris, jour de gloire français, avec le peuple en folie qui chantait à l’unisson. Il y avait ce petit quelque chose de révolutionnaire typiquement français, sans le côté « bougon » que l'on trouve dans les résistances habituelles.

* Alexandre Gérard, PDG du Groupe Inov'On, auteur du livre "Le patron qui ne voulait plus être chef".


Portrait rédigé par Marie-Anne Fourot { HY-PHEN } - https://hy-phen.ch/nos-realisations/publications/ - contact@hy-phen.ch

PLUS D'ACTUALITÉS