Portrait de Anne MARION-BOUCHACOURT - Responsable pays pour la Société Générale en Suisse

Première femme membre du comité exécutif du groupe Société Générale, aujourd’hui responsable de la banque pour la Suisse, Anne Marion-Bouchacourt est une dirigeante animée par de solides convictions : l’importance des activités bancaires dans le développement d’une économie responsable et l’importance du développement des talents dans l’entreprise, à fortiori les talents féminins.

  • BE : votre parcours jusqu’à votre fonction aujourd’hui

Forte d’une expérience de plus de 15 ans en audit et conseil stratégique, au sein de PricewaterhouseCoopers (PWC) puis chez Gemini Consulting, le parcours d’Anne Marion-Bouchacourt connaît un tournant décisif à l’occasion de la rencontre de Daniel Bouton, alors PDG de la Société Générale, et de Jean-Pierre Mustier, responsable de la Banque de Financement et d’Investissement.

En 2004, elle devient Directrice des Ressources Humaines de Société Générale Corporate & Investment Banking puis, deux ans plus tard, DRH de l’ensemble du Groupe, qui emploie plus de 150 000 collaborateurs. Actrice des transformations, Anne Marion-Bouchacourt traverse les crises financières de 2008 et 2011, pour décider de répondre à l’appel de l’Empire du Milieu - la Chine - en 2012.

Responsable pays pendant six ans, elle y développe les activités de la SG en relation avec les grandes entreprises chinoises. Sous l’impulsion de la doctrine « go abroad » du parti, les entreprises chinoises s’ouvrent à l’international. Les implantations de la banque française correspondent aux marchés que les entreprises chinoises veulent conquérir, de l’Afrique, à l’Europe de l’Est et la Russie. La Société Générale est « la banque de la route de la soie », par voie maritime ou terrestre.

Responsable pays pour le Groupe Société Générale en Suisse depuis octobre 2018, elle retrouve un marché aux acteurs financiers matures, où la banque exerce de nombreux métiers stratégiques : banque privée, banque de grandes entreprises, financement des matières premières, produits structurés, gestion de flottes automobiles et solutions de mobilité, financement des équipements professionnels… Impressionnée par la sérénité avec laquelle fonctionne le système démocratique suisse, Anne Marion-Bouchacourt est également admirative de la croissance et la pérennité des entreprises suisses, familiales et industrielles, de surcroît quand elles déclinent une vocation à la philanthropie.

  • INSPIRE : ceux et celles qui vous ont inspiré, ce qui vous passionne

Œuvrant pour une croissance rentable des activités de la banque, au service de ses clients, elle se consacre à donner du sens, à révéler et porter plus loin les talents. Exigeante avec ses proches collaborateurs, compétitive, elle sait néanmoins qu’à l’image du chœur dans lequel elle chante, la richesse des talents doit profiter à l’entreprise toute entière, à irriguer son écosystème.

Favorable à l’instauration de quotas pour permettre aux femmes d’accéder aux fonctions dirigeantes, à l’instar de la loi française sur les conseils d’administration, qui promeut la présence de 20% à 40% de femmes au sein des conseils d’administration des sociétés cotées, mesure dont elle a elle-même bénéficié, elle loue l’équilibre entre compétences masculines et féminines et encourage les femmes à se rendre visibles, à oser, à ne pas être des exécutantes certes talentueuses mais silencieuses …

Comment identifier les compétences, les développer et propulser les talents ? Pour Anne Marion-Bouchacourt, il s’agit de donner du feedback, vite et tôt, de faire participer les collaborateurs.rices à des programmes de mentoring et de formation, sachant qu’elle-même est mentor au sein du Groupe.

  • Generate : votre fonction aujourd’hui, ce que vous voulez transmettre ou continuer ici ou ailleurs

Réussir pour Anne Marion-Bouchacourt, ce n’est pas seulement générer des avantages concurrentiels et être meilleur.e sur le marché mais créer de la valeur.

De fait, ses enjeux sont ceux du Groupe Société Générale dans son ensemble : assurer une croissance profitable des activités et ce, dans la durée et soutenir une activité économique qui soit responsable tant sur le plan social, qu’environnemental et de la gouvernance.

Aider les entreprises à s’adapter dans cette phase de transition vers les énergies durables, vers un monde qui respecte la planète, c’est un des engagements majeurs de la banque. Être un acteur reconnu du « sustainable », une de ses ambitions.

La Société Générale est un des leaders dans le conseil et la mise en place de financements qui reflètent les ambitions CSR* de ses clients (par exemple, par des « obligations vertes », visant à financer un projet ou une activité à bénéfice environnemental ; par l’octroi de « sustainability linked loans » : prêt accordé aux entreprises à un taux plus favorable si celles-ci respectent un certain nombre de critères ESG**). Avec ces initiatives, Anne Marion-Bouchacourt voit se dessiner l’avenir des métiers bancaires. A titre personnel, elle imagine son propre avenir, pour qu’il soit à terme, plus orienté vers des actions à dimension philanthropique.

------------------

*RSE ou CSR en anglais (Corporate Social Responsability) : Responsabilité Sociétale des Entreprises

**critères ESG : critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance. Critères d’analyse qui permettent d’évaluer la prise en compte du développement durable et des enjeux de long terme dans la stratégie des entreprises.


Carte ID « moitié-moitié » :  

  • votre lieu de naissance : Nancy
  • votre premier travail : auditeur au sein du cabinet d’audit et de conseil PricewaterhouseCoopers (PWC)
  • votre fonction aujourd’hui : Responsable Pays pour le Groupe Société Générale en Suisse et Directrice Générale de SG Zurich Branch depuis le 1er octobre 2018.
  • Membre du Comité de Direction du Groupe.
  • vos passions : je suis passionnée de musique, je joue du piano et chante dans un chœur, et suis très investie pour des œuvres philanthropiques, en faveur des déshérités : par exemple, favoriser la recherche d’emploi de jeunes de banlieue, œuvrer pour une association qui aide les agriculteurs en difficultés, favoriser l’accès à l’éducation dans des villages reculés en Chine. En tant que personne, je me sens très concernée.
  • votre devise (sans s’aider de Google !) : « ma devise, c’est servir »
  • quel objet avez-vous toujours sur vous (ou dans votre sac) ? : du rouge à lèvres et un chapelet
  • votre jardin secret (lieu de prédilection) en France ou en Suisse : aucun en particulier mais un lieu rempli de musique, c’est certain.
  • quel est le symbole (ou marque iconique) français … suisse ? : Pour la France : Hermès et les talents dans le domaine de la recherche. Je pense en particulier à Nicole El Karaoui, une amie, chercheuse et mathématicienne dans les domaines de la gestion du risque et très investie aujourd’hui sur les sujets d’éthique autour de l’intelligence artificielle.
  • Pour la Suisse : les montres et les pôles de recherche au sein des universités, des incubateurs, des entreprises suisses qui sont à la pointe et anticipent le futur.
  • la meilleure expression (suisse ou française) : « Rien ne sert de courir, il faut partir à point. » Jean de la Fontaine
  • question bonus : Vos vœux pour 2020 ? « Je souhaite un monde en paix, où tous les acteurs soient concernés par le bien commun. »

Portrait rédigé par Marie-Anne Fourot { HY-PHEN } - www.hy-phen.ch - contact(@)hy-phen.ch